Un peu de Tourisme

Participer à une course à quelques kilomètres de chez soi ou au bout du monde relève du désir de partager un moment avec un groupe qui défend les valeurs du sport, mais aussi l’envie d’aller à la rencontre d’une ville, d’un village, d’une culture régionale …

C’est le sens de la Foulée, course oenotouristique avec vue sur le vignoble, prétexte à découvrir les nombreuses animations du week-end des Côtes du Rhône primeurs.

Un programme épicurien

72h chrono pour faire ce que l’on veut toujours faire mais que l’on ne fait jamais, pour se faire plaisir.

Vendangé en septembre, vinifié en octobre, dégusté en novembre, le vin primeur au sens de premier vin de l’année donne le ton de ce que sera le millésime. C’est aussi le nouvel an vigneron, un temps pour fêter les arts de la table avec une gastronomie automnale qui s’accorde à merveille avec les fragrances de ce vin vinifié sur le fruit.

Jeudi …

En fin d’après-midi déambulation dans les rues d’Avignon au grès de Millévin.

L’occasion de découvrir les millésimes des AOC CDR des deux rives du Rhône. Réservez votre repas dans l’un des restaurants partenaires de la Balade du primeur. 

Vendredi …

Une grasse mat, un petit déj au lit, un footing sur l’ile de la Barthelasse, un café aux halles … Visitez Avignon, ses musées, la fondation Lambert ou …. L’offre est pléthorique

Prenez le temps d’un repas au Carré du Palais, anciennement la banque de France et demandez à voir la salle des coffres qui abrite quelques belles bouteilles avant, peut-être, une soirée au théâtre.

Samedi …

Notre Dame de Grâce à Rochefort du Gard, puis le pont du Gard sera le prétexte à un repas canaille chez Michel Hermet au Wine bar situé face aux arènes de Nîmes.

Président d’honneur des sommeliers de France, Michel Hermet est aussi vigneron. A l’occasion de la Balade du primeur, il mijote un menu, accompagné d’une sélection de primeurs de la rive droite, qui vaut le détour.

Dimanche …

La Foulée des Vignerons du Castelas
Si vous optez pour la visite de Nîmes le samedi, profitez-en pour retirer votre dossard à la cave des vignerons du Castelas … Vous Passez devant.

Après la course, prenez le temps de savourer le traditionnel Aligot dans les chais de la cave avant de repartir la tête pleine de beaux souvenirs

Un peu d’Histoire

L’antique Roca Fortis, « la roche fortifiée », entre dans l’histoire quand Charlemagne donne l’ordre de construire un oratoire sur la colline des Eynavay  pour célébrer les victoires régionales contre les Sarazins. Des siècles plus tard, l’administration de ce sanctuaire reviendra aux moines bénédictins de Saint-André de Villeneuve lez Avignon. Aujourd’hui, Notre-Dame de Grâce présente un fort attrait spirituel et patrimonial. On y découvre un remarquable chemin de Croix monumental, une superbe église et la salle des précieux ex-voto. Plus exceptionnel encore, on peut y visiter une salle des échos, véritable curiosité acoustique.

 
De Roca Fortis à Rochefort du Gard 
Jusqu’à la révolution, le village appartiendra successivement aux Comtes de Toulouse et à trois Rois de France : Saint Louis, Philippe III le Hardy et Philippe le Bel. En 1790 Rochefort devient une municipalité qui prendra le suffixe “du Gard“ en 1890 afin d’éviter toute confusion avec les autres localités portant le même nom.
 
En 1950, c’est encore une commune rurale vivant presque en autarcie. A cette date on dénombre 700 habitants (8000 aujourd’hui). Le gel des Oliviers en 1956, puis la montée en puissance de la vigne dans le paysage fera oublier la polyculture où l’abricotier occupait une large place. A partir des années 60 la « Tomate de Rochefort » (tomate d’hiver) fera la réputation du village. 
 
Essentiellement viticole, Rochefort est situé sur la rive droite des Côtes du Rhône. Une partie de son terroir, composé de galets roulés, est classé en village avec nom d’aire appellation “Signargues“: la plus haute reconnaissance avant la dénomination Cru.
 
Rochefort-du-Gard est un Village attachant avec ses rues pittoresques. Le centre ancien est dominé par le Castelas, église romane du XIIe siècle remaniée au XVIIe siècle. Ce monument emblématique, entièrement restauré, offre une nef voutée en berceau et un chœur en cul de four. D’importants fragments de fresques laissent entrevoir la richesse du décor originel.
 
En quittant les hauteurs qui offrent une vue imprenable sur la plaine et ses vignobles aux vins savoureux, le promeneur pourra s’attarder à la fontaine de l’Ange. A quelques pas de là se dresse l’ancienne chapelle Saint-Joseph bâtie au XVIIIe siècle par Pierre Palejay, notable de la ville. Plus loin, l’église paroissiale Saint-Bardulphe, érigée au XIXe siècle, surprend par sa richesse ornementale.
 
En plus de ces monuments emblématiques de l’histoire du village, tout un petit patrimoine témoigne de la vie quotidienne d’antan : le lavoir du XIXe siècle, le puits de Pousqueyras, les fontaines …
Patrimoine vernaculaire que vous dévouvrirez avec notre guide qui, le jour de la course, vous racontera Rochefort.